L’alimentation, une distraction?

Nous voulons être en bonne santé…On nous dit que nous sommes responsables de notre santé, que nous avons le contrôle de notre apparence physique. On nous montre les modèles de la bonne santé…Alors on se préoccupe de notre santé, de notre alimentation, de notre forme physique et de notre niveau d’énergie.

Puis, souvent sans s’en rendre compte, cette préoccupation prend une place de plus en plus importante dans nos vies. Nous y pensons, nous jugeons notre régime alimentaire, nous nous forçons dans des exercices pour la forme mais sans plaisir. Nous accueillons mal nos moments de fatigue et nos malaises et sommes de moins en moins patientes avec nos maladies ou celles de notre entourage. Nous avons peur de souffrir et ne trouvons plus de sens à notre vie si nous pensons devenir un « fardeau » pour nos proches et notre société.Nous essayons d’exercer un contrôle sur notre vie en passant par le contrôle de notre alimentation, de notre forme physique, de notre image corporelle.

Je postule ici qu’une partie de toute cette énergie investie dans cet aspect de notre vie sert en fait de distraction.

Je préfère contrôler mon assiette que de m’interroger sur ce qui me nourrit vraiment: l’état de mes relations amoureuses, amicales ou familiales.

Je préfère avoir l’air bien plutôt que d’être bien .

Je me concentre sur mes symptômes plutôt que de m’interroger sur leur message: ai-je des situations non réglées dans vie? Des violences vécues encore à vif? Des personnes dans mon entourage qui sont toxiques?

Je préfère muscler mon corps que de me demander où en est mon âme, où sont passés mes rêves et mes aspirations.

Je préfère la chirurgie esthétique, les régimes draconiens et autres traitements pour avoir l’air « sexy » plutôt que de plonger en moi-même: Comment va réellement ma sexualité? Est-elle blessée, insatisfaite, inadéquate? Est-ce que je m’oublie pour faire plaisir à l’autre? Est-ce que j’ose dire ce dont j’ai envie, quelles sont mes limites ? Est-ce que je me sens vraiment aimée?

Ainsi je sais où est le « problème »: je mange trop, je mange mal, je ne fais pas assez de sport, je ne suis pas en forme, j’ai des allergies, des compulsions, je suis trop fatiguée.

Il est peut-être temps de commencer à regarder derrière le rideau du théâtre que je me joue et me poser des questions essentielles.

Quand je suis en accord avec moi-même, je mange justement, à ma faim.

Quand j’aime qui je suis dans ma vie je n’ai pas besoin de tant de distractions: ma vie elle–même nourrit mon intérêt.

Quand j’ai des activités et des relations qui me comblent, je ne vis pas l’ennui comme un souci, comme un trou à remplir, mais plutôt comme une parenthèse bienfaisante.

Quand mon monde émotionnel est apaisé, quand mes blessures sont soit guéries, soit en bonne voie de l’être, bouger redevient naturellement une source de plaisir.

Quand je prends du temps pour mon âme, ma spiritualité, ma philosophie de vie, je remplis des espaces en moi que la nourriture n’atteindra jamais.

Quand je soigne mes relations et que j’ai le courage de ne plus tolérer la toxicité en moi ou autour de moi, je n’ai plus besoin de compenser. et le sucrée reprend sa juste place.

Quand je sais me protéger autrement que par mon apparence physique et qu’avec ce bouclier merveilleux qu’on appelle le gras, mon corps peut retrouver son juste poids (même si ce n’est pas celui que j’ai en tête!).

Quand la joie est mon moteur et mon guide, l’énergie est au rendez-vous et la fatigue est bienvenue car elle apparaît simplement comme une limite juste. Alors je peux me déposer dans ma fatigue avec satisfaction, comme dans une bonne et douce couverture.

Et bien d’autres choses encore.

Alors, si vous constatez que vous être occupée, trop occupée ou trop préoccupée par votre assiette, il est grand temps de reprendre contact avec Qui mange…

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s