Aimer son image


La plupart du temps, quand mes clientes me parlent de leurs problèmes avec leur poids, elles me parlent en premier lieu de leur image. Que cela soit dans le sur-poids ou le sous poids, c’est le regard des autres, leur propre regard et l’image qu’elles voient dans le miroir qui les dérangent.

Avant même de me parler de douleur des articulations, de frottements irritants, de difficultés à se pencher, de leur souffle court, ou tout autre  problématique qui pourrait être liée au poids, elles me parlent d’image. D’être obligée de vêtir chez les ados, d’avoir l’air anorexique pour les maigres; de ne pas trouver de linge qui leur va bien (sous-entendu qui les fait paraître plus minces!), d’avoir l’air de ne pas savoir se contrôler, d’être des « grosses paresseuses » pour celles en surpoids et obèses.

Les unes comme les autres détestent les miroirs et parfois se jalousent.

Certaines femmes ne font plus les activités qu’elles aiment à cause de cette image d’elle-même. Par exemple, elles ne vont plus danser, arrêtent leurs cours de yoga, quittent leur pratique de badmington parce qu’elles sentes leur gras qui se promène…

Donc le premier problème est avant tout un problème de regards jugeant et désapprobateurs. Nous avons si bien intégré l’idée que la santé et la beauté passe par la minceur dans notre société que nous n’avons plus de tolérance pour toutes les variations de formes et de poids qui ne sont pas malsaines pour autant. Et nous n’avons même plus besoin des autres pour nous regarder nous-mêmes avec désapprobation.

Il n’y a pas si longtemps, une femme bien en chair était « appétissante »…un homme rondelet était un bon vivant…plus maintenant!

Alors comment se réconcilier avec son image? Comment se regarder dans le miroir avec appréciation, reconnaissance, et bienveillance? Comment se détacher du regard des autres? Comment rétablir notre propre regard?

Imaginez un instant la liberté que vous pourriez ressentir si le regard des autres n’étaient plus si important pour vous!

Imaginez toutes les industries qui feraient faillites si toutes les femmes aimaient leurs corps tels quels!

Une première étape serait de renouer avec le plaisir charnel…sous toutes ses coutures.

L’enfant, bien avant d’être prise dans le regard des autres, apprend à aimer son corps par les sensations qu’il lui procure: nourriture, chaleur, câlins, caresses, mouvement, repos, détente,rires, etc. C’est la sensorialité du corps, bien avant son image, qui compte.

Quand vous vous regardez de l’extérieur, vous n’êtes plus dans votre corps.

Quand vous retrouvez toutes les sensations de plaisir, de détente et de délice que votre corps peut vous procurer, vous recommencer à l’habiter de l’intérieur. Alors vous sentez la vie qui circule en vous; la joie de la satisfaction; la connexion avec vos cellules qui sont toujours heureuses d’être vivantes.

Trouvez quelque chose à aimer  de votre corps: la douceur de votre peau, l’agréable mollesse de votre ventre qui reçoit si bien vos enfants, la plénitude de votre poitrine, la force de vos jambes, la texture de vos cheveux, le  contentement quand vous répondez à vos besoins (nourritures, eau, repos, mouvement), le plaisir de danser,marcher, chanter…

Si vous avez un.e partenaire qui vous aime, demandez lui de vous nommer une partie de votre corps qu’il-elle aime et regardez cette partie avec les yeux de l’amour.

La réalité c’est que nous avons moins de contrôle que nous le croyons sur notre corps; il fera de son mieux et nous aurons toutes des rides et de la chair qui pend…et des bourrelets ou de la cellulite…des cicatrices…pourquoi mettre tant d’emphase sur seulement son aspect extérieur?

Cultivez votre jardin intérieur, vos qualités humaines: empathie, respect, collaboration, écoute, altruisme, patience, bienveillance…car ce sont des choses sur lesquels vous pouvez exercer un contrôle, que vous pouvez améliorer avec la pratique et développer si vous ne les avez pas. Ce sont des choses vous garderez dans le temps, qui vieilliront bien avec vous.

Petit à petit, vous vous réconcilierez avec votre corps à partir du dedans. Votre regard sur lui changera, car le plaisir que vous aurez à habiter votre temple prendra le dessus sur son aspect, qui reste, ultimement bien superficiel.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s