Trop de retenue?

Bon, un sujet important mais parfois gênant à aborder: la constipation

Comme naturopathe, je sais très bien que les deux premières choses à regarder quand je reçois quelqu’un.e c’est le sommeil et l’élimination. Je reviendrai sur le sujet du sommeil dans un autre article.

Il y a bien évidemment plusieurs causes à la constipation: déshydratation, manque de fibre ou de gras dans la nourriture, manque d’exercice, les troubles du microbiote-nos bactéries amies, la prise de certains médicaments…

Je vous suggère le livre de Giulia Enders Le Charme Discret de l’Intestin pour un regard drôle et pertinent et une foule d’information sur la physiologie de cet organe majeur.

Aujourd’hui, laissez-moi  plutôt vous parler de…retenue!

Il se trouve que nous n’avons pas beaucoup de contrôle sur la plupart de nos mécanismes physiologiques. Nous pouvons retenir notre souffle quelques minutes, notre urine pendant un certain temps mais au bout d’un moment nous n’avons d’autre choix que de reprendre notre souffle et nous risquons de nous uriner dessus si nous attendons trop longtemps.

Mais le sphincter de l’anus, le muscle donc qui retient les selles, est sous notre contrôle conscient et volontaire. À moins d’avoir une gastro ou d’avoir avalé quelque chose de toxique qui pourrait provoquer une diarrhée, il est possible de retenir ses selles de façon consciente ou inconsciente au point de se rendre très malade.

On reconnaît même l’existence de l’anisme qui est une contraction de l’anus qui se fait malgré le fait qu’une personne peut ressentir une envie de déféquer. Son système pousse les matières vers l’extérieur et en même temps l’anus se contracte et empêche l’expulsion.

Quelqu’en soit le degré, ou la cause. on peut toujours s’interroger sur la partie émotionnelle qui pourrait être liée à la constipation.

Regardons dans nos vies si nous sommes souvent en contrôle ou si nous avons peur de perdre le contrôle.

Sommes-nous capable de nous détendre, de nous laisser aller?

Qu’est-ce que nous retenons ? Qu’avons-nous peur de laisser sortir?

Est-ce que nous sommes capable de rire, vraiment rire?

Est-ce que notre famille avait un rapport particulier avec le caca?

Y-t-il des choses que nous préférons garder à l’intérieur plutôt que de les dire et qui nous empoisonnent? Avons-nous peur de révéler des choses pas trop belles que nous avons vécues pour protéger les autres?

Le Dr. Devroede, un spécialiste de l’intestin, a pu faire le lien entre les problèmes intestinaux de ses patients et des vécus d’abus sexuel…(voir son ouvrage: « Ce que les maux de ventre disent de notre passé »).

Une bonne santé passe par une bonne élimination. Tant sur le plan physique que le plan émotionnel…ne prenez pas à la légère une constipation qui dure plus que quelques jours.

Et éliminons joyeusement ce qui ne nous sers plus!

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s